L'univers de Cassandra

UNE TRACE SUR MON LIVRE D'OR ?

livre d'or cassandra cassandra

Posté par CASSANDRA78 à 16:50 - - Commentaires [57] - Permalien [#]
Tags :


Bienvenue sur mon blog

bienvenue-sur-mon-blog

Posté par CASSANDRA78 à 01:27 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

Traducteur

bloggerEnglishEnglishespañolItalianobloggerdeutschPortuguês
Oversæt denne side til danskÖversätt webbplatsen på svenskaالعربية中文Русский日本語blogger한국어СрпскиNederlandsSuomenTürkçePolska

Posté par CASSANDRA78 à 23:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

25 mars 2021

Il était une fois à dix mille lieux d'ici, au beau milieu de la forêt d'amour...

 7qb45ddc

  

On peut y trouver trois petits lutins aux couleurs arc-en-ciel. Si l'on regarde au loin dans la forêt voisine, se trouvent aussi les fées de la beauté. Les petits lutins règnent sur la forêt d'amour pour que tous les amoureux se souviennent que le bonheur existe réellement. Venez juste mettre un pied dans cette forêt et vous verrez le changement que votre cœur produit, de cette chaleur qui s'y dégage !

pmjt5bau

 

ENORME GIF D ELFS

 Les lutins ont la magie de changer l'humeur maussade de chacun de nous en une belle écharpe d'Iris.

0_d2fd0_8fbb3d3d_orig

01

 

 Après ce passage dans ce pays des astucieux, vous n'aurez plus jamais de peine et vous aurez toujours le sourire.

 

 Et les fées vous me direz ? Ce qu'il faut dire sur ces petites enchanteresse de la beauté, c'est quelles sont là pour que toutes les jeunes filles ainsi que toutes les femmes de ce monde, croient encore et toujours à la beauté intérieur.

 

0_11888b_15b1511a_orig

01

 

Voilà toute l'histoire magique des lutins et des fées, pour que la magie règne à jamais dans le cosmos tout entier… 

Posté par CASSANDRA78 à 00:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

25 février 2021

Bienvenue sur mon blog HASSAN

BIENVENUE CHEZ MOIJe viens ouvrir les portes des rêves... J'entre dans un monde imaginaire..

Au milieu de toutes les étoiles..

IL y a une lumière qui se dévoile.. C'est elle que j'ai choisi...

Car d'une brillance infinie...

C'est l'étoile de l'amitié... Chez vous elle va s'arrêter...

Veillant sur votre sommeil.. Et disparaitra à votre réveil...

Avec ce joli poème,

Je te souhaite la bienvenue parmi nous.

CASSANDRA

Posté par CASSANDRA78 à 17:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


BONNE VISITE SUR MON BLOG

BONNE VISITE GRAND GIF

Posté par CASSANDRA78 à 17:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

La rentrée...

ecole4

 

la rentrée

Posté par CASSANDRA78 à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La chevelure des fées

 

74a6d45d

 

 

 

3248409520_1_15_TqCmYyrn

 

 

 

 

 

1006150153221092156229571

ENTRER

Posté par CASSANDRA78 à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 novembre 2020

Redevenir une enfant

 

 

113780333

Redevenir une enfant.

Je me suis arrêter si souvent,
Pour regarder dans le passer,
De ses moments ou j’étais enfant,
Et me mettais à rigoler.

Je voudrais être cette enfant,
Comme les enfant perdus ou Peter pan,
Rêver et jouer tout le temps,
Pour oublier les problèmes un moment.

Une fois que l’on a grandit, 
Le pays nous dit merci,
Car grâce a nous aussi,
La terre continue à tourner .

Mais si j’étais cette enfant,
A jouer et rêvasser à tout moment,
Comme ces enfants perdu ou Clochette,
Je me sentirais moins bête.

Je voudrais être cette enfant à nouveau,
Pour me souvenir de tout se qui est beau,
Avec ces yeux de petite fille,
Qui me fait découvrir la vie.

116658844

Posté par CASSANDRA78 à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Une fée nommée Elfa

010f4e8c

Une fée nommée Elfa

Une petite fée guidant mes pas dans un monde imaginaire entre ciel et terre  avec une magnifique fée

pouvant exaucer mes trois vœux , ce serai merveilleux, avec une baguette, c est parfait . 

Un poète émerveillé par l 'imaginaire ou cette fée s' envolant à tire d' ailes, 

virevoltant sans en avoir l' air Elfa , une fée avec deux ailes

 

Posté par CASSANDRA78 à 20:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

22 octobre 2020

LIVRES DE MAGIE

dyn006_original_261_339_gif_2614078_80d8eebd3acede33f3419317b6fe18a5(1)

LIVRE SOUS LE VENT

BATEAU

LIVRE FLEURIE

LIVRE DE MAGIE

LIVRE DE MAGIE (2)

LECTURE MACABRE

dyn006_original_261_339_gif_2614078_80d8eebd3acede33f3419317b6fe18a5(1)

Posté par CASSANDRA78 à 13:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

LIVRES DE MAGIE GIF

ARBRE MAGIQUE

l'enchantement. Dans la forêt du charme et des merveilleux rites, Gnomes compatissants, pendant que je dormais,

 De votre main, honnêtes gnomes, vous m'offrîtes Un sceptre d'or, hélas !

pendant que je dormais. J'ai su depuis ce temps que c'est mirage et leurre Les sceptres d'or et les chansons dans la forêt; Pourtant, comme un enfant crédule, je les pleure

 Et je voudrais dormir encor dans la forêt. Qu'importe si je sais que c'est mirage et leurre !

Posté par CASSANDRA78 à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lecture à la bougie

livres magique2 en gif

Posté par CASSANDRA78 à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2020

Le rêve...

 

55e509d7539f706ee15701cd6c5a61e7

 

 

Le rêve est un monde sans frontière

 

S'y aventurer seul c'est risquer de ne plus pouvoir revenir dans la réalité

 

S'y promener en semant des cailloux, c'est arriver à ce pays magique où des êtres y vivent ont besoin de toute leurs liberté.

 

Donc si vous voulez, je serai votre guide car... L'imagination est une contrée dont on à perdu la carte en grandissant, mais moi je l'ai gravé à tout jamais .

 

Donc vous me suivez ?oui ? allons-y sur le chemin de la féerie car la porte de cet univers n'est pas très loin et j'ai la clef enchantée pour y entrer.

 

 

385af0650e6143a61243e16e0323c304

 

 

 

 

entrer

 

 

Posté par CASSANDRA78 à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2020

IMAGES BELLE SIRENES ET GIFS

dyn006_original_261_339_gif_2614078_80d8eebd3acede33f3419317b6fe18a5(1)

0hcswpsb

3ncug5fu

6c4a729b

9pnyemvc

91qzh7vq

1412v01d

bjoa6btt

cvknemie

g3j9pdpg

gculmo2u

GIF

grp9nrhj

k0v2biqo

N9

N48

pme2lwb4

tj9dgkny

ugymp9ue

uq1ic3k3

dyn006_original_261_339_gif_2614078_80d8eebd3acede33f3419317b6fe18a5(1)

Posté par CASSANDRA78 à 13:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2020

LE HOLLANDAIS VOLANT

Hollandais volant

78_large[1]

Le plus célèbre des vaisseaux fantômes est le Hollandais volant, parfois appelé dans le passé Voltigeur hollandais. Il est également connu sous les noms anglais : The Flying Dutchman, néerlandais : De vliegende Hollander et allemand : Fliegender Holländer, ce dernier étant le titre original du célèbre opéra de Richard Wagner. La légende du Hollandais volant connaît une nouvelle jeunesse en étant reprise dans la saga cinématographique Pirates des Caraïbes.

« Les marins de toutes les nations croient à l'existence d'un bâtiment hollandais dont l'équipage est condamné par la justice divine, pour crime de pirateries et de cruautés abominables, à errer sur les mers jusqu'à la fin des siècles. On considère sa rencontre comme un funeste présage. »

Il est souvent très difficile de remonter aux faits qui sont à l'origine d'une légende. Dans le cas du Hollandais volant, il pourrait s'agir des exploits d'un capitaine au long cours hollandais du XVIIe siècle nommé Bernard (ou Barend) Fokke. Employé par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, il était connu pour effectuer, avec une rapidité surprenante pour l'époque, les trajets entre l'Europe et l'Asie : seulement trois mois et quatre jours en 1678, pour rejoindre l'île de Java en partant des Provinces-Unies. La rumeur attribua ces performances inhabituelles (il « volait » sur l'eau) à l'assistance du diable qui aurait logé à son bord sous la forme d'un caniche noir géant. En outre Fokke était, parait-il, extrêmement laid, ce qui ajoutait à la crédibilité d'un pacte diabolique[2]. Lors d'une expédition, il disparut avec son bâtiment sans laisser de traces et, quand la légende du fameux Hollandais volant se développa, on lui en attribua le commandement[3]. Selon d'autres sources, le capitaine s'appellerait « Van der Decken », avec une orthographe et un prénom variant suivant les versions. En fait, nul ne semble savoir exactement où et quand la légende naquit, mais ses racines sont sûrement fort anciennes.

Légende originale

Une première version écrite de la légende est parue dans un journal britannique en 1821. Ce qui semble en être la première version française a été publiée par Auguste Jal en 1832.. On peut la résumer de la façon suivante :

Un navire hollandais est pris dans une violente tempête alors qu'il tente de franchir le cap de Bonne-Espérance. L'équipage supplie le capitaine de chercher un abri mais il refuse et s'enferme dans sa cabine pour fumer et boire. La tempête s'aggravant encore, le capitaine défie le ciel de couler le navire. Une forme lumineuse se matérialise à bord du bâtiment devant l'équipage terrorisé. Le capitaine injurie alors l'apparition, braque sur elle un pistolet et tire, mais l'arme lui explose dans la main. Une voix s'élève alors pour lui déclarer : « Puisqu'il te plaît tant de tourmenter les marins, tu les tourmenteras, car tu seras le mauvais esprit de la mer. Ton navire apportera l'infortune à ceux qui le verront. ». Cette légende inspira, en 1834, une nouvelle au poète allemand Heinrich Heine : les Mémoires de Monsieur de Schnabelewopski qui, mêlée à d'autres éléments de la légende, servit de thème au livret de l'opéra de Richard Wagner créé en 1843

Autres versions de la légende

Le cap de Bonne-Espérance par William Hodges (1772)

Il existe un grand nombre de versions de cette légende, chacune comportant des variantes. Il reste toutefois deux constantes : le navire est hollandais et les évènements (comme d'ailleurs la plupart des apparitions futures) se déroulent aux alentours du cap de Bonne-Espérance.

Un très grand navire serait parti, en 1680, du port d'Amsterdam à destination de Batavia, commandé par un capitaine peu honnête qui profitait du voyage pour faire de la contrebande. Le navire fut intercepté par le diable au cours d'une terrible tempête et sombra avec ses marchandises et tout son équipage. Toutefois le navire réapparut ensuite, piloté par les fantômes de son équipage.

Dans une autre version, le capitaine fut maudit pour avoir appareillé un vendredi saint. Ou encore le capitaine de ce brick fut assassiné par son équipage qu'il parvint à maudire avant de mourir. Peu de temps après, la peste se déclara à bord et le navire fut rejeté de tous les ports où il tenta d'accoster, par peur de la contagion. Il commença alors à errer sans fin sur les mers. C'est aussi parfois des actes de piraterie et de cruauté de l'équipage qui sont la cause de sa malédiction.

Le parc d'attraction d'Efteling aux Pays-Bas donne sa propre version[7] pour expliquer le thème de son manège De Vliegende Hollander : Le capitaine Willem van der Decken commande le navire « Hollander ». Il est riche et puissant ce qui ne l'empêche pas d'être un terrible pirate. En 1678, il décide d'appareiller vers les Indes, un Vendredi saint, malgré une terrible tempête. Il fait alors cette proclamation qui lui vaudra la damnation éternelle :

Apparition du Hollandais volant

Le roman de Frederick Marryat

En 1839, l'écrivain Frederick Marryat, lui même ancien marin, a publié un long roman ayant pour titre « The Phantom Ship ». Le héros principal, Philippe Vanderdecken, homonyme du capitaine du navire maudit, embarque en tant qu'officier à bord du Ter Schilling. Lorsque le navire approche du Cap de Bonne-Espérance, il fait une sinistre rencontre :

« A environ trois milles de distance, au centre de cette lueur, qui s'étendait à environ quinze degré au-dessus de l'horizon, était un grand vaisseau qui semblait lutter contre un ouragan violent, quoi qu'il fit un calme plat. Il plongeait et s'élevait sur une eau parfaitement tranquille : tantôt disparaissant sous les flots, tantôt se remontrant à la surface. Sa grand voile et ses huniers étaient serrés, et il ne portait que sa misaine dont les ris étaient pris, une voile d'étais et une voile de senau sur son arrière. Ce bâtiment semblait poussé par la force du vent vers le Ter Schilling. À chaque instant on le distinguait mieux. Enfin on le vit virer de bord; et pendant cette manœuvre il était à si peu de distance qu'on aurait pu compter les hommes sur le pont. Mais à ce moment une obscurité soudaine l'enveloppa, et on ne le revit plus.

Avec la publication de ce roman, la légende du brick maudit, qui était déjà colportée dans tous les ports depuis au moins deux siècles, prit un essor si considérable qu'elle devint l'un des thèmes classiques de la littérature maritime.

Témoignage princier

Le jeune duc d'York, futur roi d'Angleterre sous le nom de George V, a servi dans la marine britannique jusqu'en 1891. Lors de l'un de ses nombreux voyages il s'est trouvé, en compagnie de son frère le prince Albert Victor, à bord du navire-école La Bacchante qui faisait route vers Sydney en Australie. Le 11 juillet 1881, alors que le bateau naviguait dans les eaux australiennes, il eut la vision d'un vaisseau fantôme identifié comme étant le Hollandais volant. Il nota dans son carnet de route :

« Au milieu d'une lumière rouge, on distingua nettement les mâts, les vergues et les voiles d'un brick à environ deux cents yards par bâbord avant. Le veilleur d'étrave signala le navire très proche et l'officier de quart le vit aussi, clairement, de la passerelle. Le midshipman de service l'aperçut également et fut envoyé sur le gaillard d'avant, mais, quand il y arriva, il ne put voir aucun signe de bateau matérialisé. La nuit était claire, la mer calme. Treize personnes au total ne pouvaient nier l'avoir vu. »

Coïncidence ou malédiction, le matelot de vigie qui était en haut du grand mât tomba et se tua sur le coup. La mort accidentelle d'un membre d'équipage pouvant être embarrassante pour le capitaine, l'écrivain Xavier Yvanoff suggère qu'en fait, cette brève apparition était aussi une justification providentielle de ce dramatique accident.

Une légende persistante La légende a marqué durablement les esprits. En 1882 J.L. Soubeiran écrivait, parlant de la géographie des côtes du sud de l'Afrique :

« Joignez à cela un océan tempétueux pendant la plus grande partie de l'année, une ceinture presque continue d'un violent ressac et de nombreux promontoires que prolongent le plus souvent de dangereux récifs. Aussi cette côte était-elle redoutée des anciens navigateurs, qui, pour éviter l'influence funeste du Hollandais Volant, du Vaisseau fantôme de van Deeken, avaient pris soin de planter sur tous les caps la croix, signe du salut. »

En 1939, un bateau semblable fut vu par une douzaine de personnes qui se baignaient à Glencairn beach, une plage d'Afrique du Sud, au sud-est du Cap. Le navire, qui avait toutes ses voiles gonflées, a traversé la mer à vive allure bien qu'il n'y ait pas la moindre brise.

Posté par CASSANDRA78 à 10:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

La fille au cheveux d'or ou la légende de l'été indien !

5e72vwb2

LA FILLE AU CHEVEUX D'OR OU LA LEGENDE DE L'ETE INDIEN

Mudjekewis avait neuf frères et ensemble, ils vainquirent l'ours géant.

Aussi reçurent-ils en présent la ceinture sacrée qui contient de quoi vivre heureux sa vie durant.

Le mérite de cet exploit, chacun le savait, revenait à Mudjekewis, le plus jeune des 10 garçons,

et ce fut à lui qu'échut le pouvoir de gouverner les vents d'Ouest.

On l'appela dès lors Kabeyun, père des airs, et il entreprit de distribuer une part de sa puissance à chacun de ses fils.

A Wabun, il donna l'Est; à Shawondasee, le Sud et à Kabiboonoka, le Nord.

Seul Manabozho n'eut rien de cet héritage car sa naissance avait été illégitime.

C'est pourquoi, plus tard, blessé par cette injustice, il partit en guerre contre son père jusqu'à ce que celui-ci,

accédant sa requête, consente à lui céder une part de la souveraineté de Kabiboonoka,

en lui abandonnant le privilège de régner sur les vents du Nord-Ouest.

 Shawondasee, maître du Sud, révéla très jeune son indolence. C'était, bien avant l'âge,

un vieillard poussif peu enclin à voyager, les yeux mi-clos toujours fixés droit devant lui.

 Souvent il soupirait lorsque venait l'automne, dispensant généreusement cet air doux qui gagne alors tout le Nord du pays.

 Mais un jour, il aperçut au loin, courant gracieusement à travers les plaines du Nord, une jeune fille aux cheveux d'or.

918f8a7d

 

Elle était très belle et il en tomba aussitôt amoureux.

Ses boucles surtout, blondes comme le blé mûr, avaient conquis son coeur.

 Cependant sa paresse naturelle l'emporta sur sa passion et, à l'aube du matin, il la surprit enveloppée d'une nuée blanche comme neige.

 Il en conçut aussitôt une vive jalousie, persuadé que son frère Kabiboonoka s'était mis en tête de la lui ravir en lui offrant l'une de ses écharpes immaculées dont les vents du Nord ont coutume de se parer aux approches de l'hiver.

Pour briser le sortilège de son rival, Shawondasee, haletant, souffla comme il put et, le ciel fut invahi de fils d'argent.

 Mais lorsque ceux-ci se dissipèrent, la belle avait disparu et, avec elle les mille graines finement ailées

qui couronnent les fleurs du pissenlit de la prairie!

Il est un âge pour tout, dit le sage, et Shawondasee avait eu le tort de se croire assez jeune pour être aimé de la fille aux cheveux d'or.

 En la poursuivant de ses soupirs alanguis, il n'avait fait que précipiter sa fuite.

Depuis, croyant chaque automne revoir l'objet de sa flamme courir dans les prés comme au premier jour, le vieillard continue de haleter doucement au souvenir d'un bonheur inaccessible, gratifiant les terres du Nord, à la veille de l'hiver, de cette saison à nulle part pareille et que les hommes blancs appellent l'été indien.

 

Posté par CASSANDRA78 à 10:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Qui es-tu toi ?

à visage caché

Qui es-tu, toi !
avec ton capuchon hideux, qui recouvre tes yeux,
toi qui évoque la noirceur,
veux tu t'en prendre à mon cœur,?
tu arrives trop tard, les hommes s'en sont occupé,
ils me l'on détruit, brisé, broyé, et je erre comme un fantôme
il me va si bien ce rôle pour moi seule il a été écrit
l'amour m'est interdit,
pour pouvoir retrouver gout à la vie
il me faudrait découvrir un amour sincère,
je ne sais, si je vais le trouver sur cette terre,
c'est pour ca que je erre, je me force à y croire,
je ne veux pas sombrer dans le désespoir,
tout y est trop noir, et moi j'aime la lumière
mais le soleil pour moi en ce moment n'est que une poussière légère
balayé par le souffle léger du vent, mais j'espère, 
tout au fond de mon pauvre cœur
qui pleure,
que je vais finir par le trouver cet homme sincère
peut être que lui aussi est solitaire,
je veux,
avec l'aide de dieu
pouvoir relier mon âme à mon corps
pour que de nouveau elle et lui ne fassent plus qu'un, être plus fort
je ne veux pas errer pour l'éternité,
je veux a nouveau aimer.... 

Posté par CASSANDRA78 à 10:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :