19 mars 2014

L'enchantement

 

3177126433_1_8_ssXtEhBL

 

L'enchantement.

Dans la forêt du charme et des merveilleux rites,
Gnomes compatissants, pendant que je dormais,
De votre main, honnêtes gnomes, vous m'offrîtes
Un sceptre d'or, hélas ! pendant que je dormais.

J'ai su depuis ce temps que c'est mirage et leurre
Les sceptres d'or et les chansons dans la forêt;
Pourtant, comme un enfant crédule, je les pleure,
Et je voudrais dormir encor dans la forêt.

 

10

221_large

 



Qu'importe si je sais que c'est mirage et leurre !

Posté par CASSANDRA78 à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


11 mars 2014

La Licorne

LA LICORNE AVEC POEME

 

La licorne ne peut être capturée
qu’entre les genoux d’une demoiselle
son œil est une pierre précieuse

 

 

pour la licorne 2


qu’on nomme escarboucle et qui est tendre
L’escarboucle est une pierre précieuse tendre et rare
dans l’œil de la licorne d’où tombe une larme

LA LICORNE AVEC POEME

 

qui mouille la robe de la demoiselle
qui vient de l’emprisonner
Cela se passe dans un pré
au milieu du Moyen Age
les nuages sont des coussins

la licorne5

 

d’où descendent des épées d’or

&p&e pour la licorne

 

ce sont les regards du soleil qui regarde
la capture de la licorne.

la licorne 6


Jacques Roubaud

***

Posté par CASSANDRA78 à 20:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

03 mars 2014

A la tombée du jour...

4g40g1k9

 

A la tombée du jour, lorsque la nuit prend son tour,
Le monde s'endort, jusqu'au lever du jour.
Les étoiles illuminent alors le ciel, une à une.
Le soleil s'est couché, laissant la place à la lune.

Dans la sérénité, les oiseaux ont cessé de chanter.
Les lapins dans leurs terriers, se sont cachés.
On entend parfois sous les toits, le vent souffler.
La vie retient son souffle, pas de doute, la nuit es tombée.

Cet instant magique, où le rêve est permis.
Deux êtres enlacés, qui se sont endormis
Une mère qui berce son enfant, jusqu'à minuit.
La chouette qui, au contraire, sort de son nid.

Mystérieuse nuit, tu mènes le monde à l'envers.
Un être s'endort, un autre s'éveille.
Si le jour nous éclaire, toi tu éteins la terre.
Nous offrant pourtant, d'autres merveilles.

Dans le silence de ton ciel étoilé,
Douce nuit, tu nous permets de rêver.
Oubliant ainsi, le temps d'une nuit,
Tous nos soucis

3184411445_1_10_GYWe2YR0

yx30n3rv

89696979_p

Posté par CASSANDRA78 à 18:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2014

Merci de votre fidélité

MERCI DE VOTRE FIDELITE

Posté par CASSANDRA78 à 17:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 février 2014

Bonjour monsieur l'Hiver

60eca8e8

Bonjour monsieur l'Hiver 



-Hé ! bonjour monsieur l'Hiver ! 

Ça faisait longtemps... 

Bienvenue sur notre terre, 

Magicien tout blanc. 

- Les montagnes t'espéraient ; 

Les sapins pleuraient ; 

Les marmottes s'indignaient ; 

Reviendra-t-il jamais ? 

- Mes patins s'ennuyaient ; 

Mes petits skis aussi ; 

On était tous inquiets ; 

Reviendra-t-il jamais ? 

- Hé ! bonjour monsieur l'Hiver ! 

Ça faisaient longtemps... 

Bienvenue sur notre terre, 

Magicien tout blanc.

 

b7271dc0

Posté par CASSANDRA78 à 17:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


17 février 2014

C'est en ayant...

SOUFFRANCE

Posté par CASSANDRA78 à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 février 2014

Bonne nuit à tous !

BONNE NUIT

Posté par CASSANDRA78 à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2014

Au bout de la plume...

10ou4cot

Au bout de la plume

Il y a une fée attristée

Qui s'enfonce dans la blanche écume

L'esprit très perturbé...

 

Son âme ère sans but

L'être aimé elle a perdu

Un mois d'automne ou bien d'été

En tous cas c'est du passé...

 

Sa solitude l'étouffe

Aux nuits passées dans un gouffre

Ses ailes sont froissées

Que faire pour s'envoler...

 

Où est-il donc le laid crapaud

Qui lui donnera "bécot"

Viendra-t-il un beau jour

remplir à nouveau

son petit cœur d'Amour ???

angel_glitter-1

 

Posté par CASSANDRA78 à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 février 2014

Le Chemin de la tendresse

313_large

Le Chemin de la tendresse

 

« Prend ma main. Ne la lâche pas. J’écouterai ce que tu veux me dire.

Si tu préfères te taire, j’entendrai ton silence. Si tu ris, je rirai avec toi, mais jamais de toi…

Si tu es triste, j’essayerai de te consoler. Je ferai pour toi des bouquets de soleil.

J’allumerai des feux de joie là où chacun ne voyait plus que des cendres.

Si je n’ai qu’une rose, je te la donnerai. Si je n’ai qu’un chardon, je le garderai pour moi.

Je te donnerai ce qui te plaît, ce qui te rassure le plus si je le possède.

Si je ne le possède pas, j’essayerai de l’acquérir.

Donne-moi la main. Nous irons où tu voudras. Je te ferai entendre la musique que j’aime.

Si tu ne l’aimes pas, j’écouterai la tienne…

J’essaierai de l’aimer !

Je t’apprendrai ce que je sais. C’est peu. Tu m’apprendras ce que tu sais. C’est beaucoup.

Ne dis pas que tu ne sais rien : cela n’existe pas, quelqu’un qui ne sait rien… ou alors, si cela existe, tant mieux car ce serait quelqu’un comme un jardin sauvage, un jardin à naître où l’on peut rêver mille jardins… comme… comme un enfant à venir, un enfant espéré : ce serait la vie devant soi, ronde, inattaquée, comme une boule de Noël.

Prend ma main. Cinq doigts refermés autour des nôtres, c’est le plus beau cadeau du monde.

Cela nous préserve de la peur, de l’abandon, du doute. Une main offerte, c’est un monde nouveau.

Tu es toi. Je suis ce que je suis. Je ne troublerai pas ta musique intérieure.

Je ne me blesserai pas de tes silences. Tu respecteras les miens.

Je ne t’assassinerai pas de “pourquoi ?”.

Tu ne diras pas que je fais des fausses notes si je ne pense pas comme toi…

Donne-moi la main. Nous irons avec la vie, comme le sable, le temps et l’eau :
entre source et delta.

Différents et si proches à la fois… »

 

GRAND GIF3

Posté par CASSANDRA78 à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 janvier 2014

Tout autour de son corps....

ANGE

 

Tout autour de son corps, la coquille de fer
Protège ses émois auprès de tout compère.
Son image est blindée sous cette carapace ;
Elle peut déprimer sans aucune menace…

Tout au fond de son corps, la coquille de pierre
Pour « oublier » les maux, le cœur de ses prières.
Ses pensées sont glacées, ses sentiments gelés
En léthargie totale, pour mieux se protéger…

Mais juste une fissure brise là les coquilles
Tuant les carapaces, loin de toute béquille.
Les larmes en éruption coulent en effusion,
Et l’angoisse apparaît, faussant les illusions…

Tel un pauvre mollusque, perdu sans sa coquille,
L’agonie est bien là, loin d’un soleil qui brille.
La chute des coquilles étant dévastatrice,
Elle veut reconstruire ses armures protectrices…

 

MAGIE

Posté par CASSANDRA78 à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :